Solidarité à l’école Saint-Michel

Le vendredi 18 mai, l’école Saint-Michel a vécu un temps fort d’échanges et de solidarité.

Le matin, les élèves des différentes classes ont été répartis en quinze équipes pour vivre un temps d’atelier pour faire connaissance, chanter et réaliser une production plastique. Chacun a tracé sa main, l’a décorée et découpée. Toutes les mains d’une équipe a permis de composer une farandole.

Tous les élèves et l’équipe éducative se sont retrouvés ensuite à l’église pour célébrer la fête de la Pentecôte. Père Alain-Didier était avec nous pour nous accompagner à accueillir le souffle de l’Esprit Saint. A la lecture du Rêve de Dieu de Desmond Tutu, nous avons compris que ce Souffle était en chacun de nous quand nous accueillons les autres, nous réconfortons, nous acceptons nos différences, nous sommes ensemble dans la joie.

Pour le déjeuner, nous avons partagé un repas de pain et de pommes au profit des Restos du Coeur. Mme Daucaux a reçu le chèque qui permettra d’offrir 780 repas aux personnes qui en ont besoin.

De beaux moments d’échanges, une matinée solidaire et fraternelle sous le soleil !

 

Célébration de Noël

Vendredi matin, tous les élèves et adultes de l’école ont participé à un beau temps fort

dans l’église de Guipry, avec Père Alain-Didier.

Les catéchistes, des parents et grands-parents ont aussi assisté à cette célébration de Noël.

celebration16-12-16

crechecelebration16-12-16Grande crèche colorée et illuminée par chaque classe de l’école.

Célébration « Le grain de blé »

Vendredi 3 avril, toute l’école s’est rassemblée à l’église pour célébrer Pâques. Beaucoup de parents et grands-parents se sont joints à nous !

Nous avons chanté, échangé avec le prêtre Père Nicolas-Olivier et regardé la classe de Grande Section. Ils s’étaient filmés ! Ils ont mimé la vie d’un grain de blé. C’était beau !

P1120636 P1120637 P1120640 P1120641 P1120646

P1120649

Une journée pour célébrer et partager …

Le vendredi 18 avril, nous nous sommes tous réunis à l’église pour clôturer notre temps du Carême. Nous avons apporté nos arbres de Pâques en procession et nous avons célébré la résurrection de Jésus avec le Père Nicolas Adopo.

Les élèves de CE2 ont expliqué le temps du Carême vécu en classe.

3 enfants de l’école se font baptiser samedi à la veillée pascale. Ils nous ont expliqué leur parcours.

Ensuite, nous nous sommes tous rassemblés sur la cour pour partager un repas de Pain et de Pommes. Andry, Oméga et Johanna représentaient l’association Diwan Mada et les enfants de l’école de Madagascar.

Nous leur avons remis la somme de 1032.05 € pour financer les repas des enfants de cette école. Cela représente 2580 repas !

Merci à tous !

célébration de Noël

Le charpentier et ses outils.

Il y a bien longtemps de cela, dans un petit village nordique, un atelier de charpentier.

Un jour que le Maître était absent, les outils se réunissent en grand conseil sur l’établi. Les discussions furent longues et animées. Il s’agissait d’exclure de la communauté des outils, un certain nombre de membres.

L’un prit la parole : « Il nous faut, dit-il, exclure notre sœur la scie car elle mord et elle grince des dents. Elle a le caractère le plus grincheux du monde. »

Un autre dit : « Nous ne pouvons conserver parmi nous notre frère le rabot qui a un caractère tranchant et qui épluche tout ce qu’il touche. »

« Quant au frère marteau, dit un troisième, je lui trouve un caractère assommant et tapageur. Il cogne toujours et nous tape sur les nerfs. Excluons-le. »

« Et les clous ? Peut-on vivre avec les gens qui ont un caractère aussi pointu ? Qu’ils s’en aillent ! Et qu’on chasse le papier de verre dont il semble que la raison d’être dans cet atelier soit de toujours froisser. »

Ainsi discouraient en grand tumulte les ouvriers du charpentier. Tout le monde parlait à la fois. L’histoire ne dit pas si c’était le marteau qui accusait la scie, et le rabot la lime, mais il est probable que c’était ainsi car, à la fin de la séance, tout le monde était exclu. La réunion bruyante prit fin subitement par l’entrée du charpentier dans l’atelier. On se tut lorsqu’on le vit s’approcher de l’établi.

Il saisit une planche et la scia avec la scie qui grince, la rabota avec le frère rabot au ton tranchant qui épluche tout ce qu’il touche. Le frère ciseau qui blesse cruellement, notre sœur la râpe au langage rude, le frère papier de verre qui froisse… tous entrèrent successivement en action. Le charpentier prit alors nos frères les clous au caractère pointu et le marteau qui cogne et fait du tapage. Il se servit de tous ses outils au méchant caractère pour construire une crèche, pour accueillir l’enfant à naître, pour accueillir la vie.